l'émotion, la mémoire et la photo

fleur blanche

Vaste sujet !
Pourquoi ce titre et à quoi peut-il bien correspondre ?
Je vais vous expliquer et vous allez comprendre très vite.

Vous revenez enthousiasmés d'un lieu où vous avez pris avec une grande joie tout plein de photos que vous trouvez plus belles les unes que les autres.

Vite je vais les montrer aux autres pour partager ma joie. ...et en face, bof bof, ceux qui les regardent... par politesse vous disent que vos photos sont belles mais vous ne ressentez pas l'enthousiasme que vous avez, alors forcément vous êtes déçus ! et si vous les exposez sur le web vous êtes déçus, celles dont vous pensiez avoir les meilleurs commentaires sont celles qui en ont le moins !


Il y a cela plusieurs raisons.

La première c'est que votre bel enthousiasme est avant tout du à ce que vous venez de vivre et non pas à ce que montre vos photos. Vous fonctionnez avec "la mémoire" ce que le lecteur n'a pas. Lorsque vous regardez vos photos elles vous rappellent le lieu, l'ambiance, au besoin les odeurs, un sourire, d'autres lieux, etc. vous fonctionnez donc avec l'affectif et le souvenir, donc forcément vous trouvez vos photos belles. Le lecteur lui ne ressent pas tout cela puisqu'il n'a pas tous ces souvenirs, et ne connait pas les lieux, si ça n'est pas dans la photo, il sera donc moins impliqué que vous dans vos photos. N'oubliez jamais qu'une photo c'est un cadrage extrêmement réduit de l'ensemble d'un lieu, que le lecteur lui ne fonctionne pas avec "la mémoire" mais découvre uniquement ce que vous lui montrez sur la photo.

Ensuite il se peut que le cadrage, la lumière, des détails de la photo ne soit pas non plus top et ça vous ne l'avez pas remarqué, dans votre tête vous voyez la scène globale, pas le lecteur. Si en plus il y a des détails gênants (poubelles, vieux papiers, coin de voiture ou batiment qui dénotent avec l'ensemble, sujet principal à moitié coupé ou perdu dans l'environnement au point que par exemple on va devoir chercher la mouche au milieu de la végétation qui l'entoure avant de la découvrir), cela concoure à gacher la photo, même si vous, vous êtes très fier parce que c'est enfin la première photo de macro qui est nette !


Il vous est surement arrivé de retomber par hasard un an après sur des photos et de vous demander pourquoi vous les avez gardés, et de vous dire d'un seul coup "Ah oui, ça y est, je me souviens c'était à..." Le temps est passé et la mémoire ne fonctionne plus comme sur le vif, vous voyez ces photos avec un oeil neuf et soudain elles ont perdus leur magie du moment. Hors du contexte elles ne montrent plus tout ce qui vous avait enthousiasmé et c'est pour cela que le lecteur n'avait pas alors répondu à votre attente, il était hors du contexte.

Le problème est que notre cerveau, à l'instant où nous déclenchons, se focalise sur le sujet principal que nous photographions mais que nous pensons que le lecteur va sentir tout le reste. Et bien non le lecteur n'est pas devin. Vous, vous avez pris un "crop" d'une ambiance et d'un lieu général que vous connaissez, dans lequel vous êtes baigné, chargé d'émotion, mais le lecteur lui ignore tout ce qui vous entoure, de cette émotion que vous ressentez, alors ce petit bout de lieu ne va peut-être rien lui dire, et si cette portion du lieu qui est sur la photo n'exprime pas en lui toute l'émotion du lieu et bien ce sera raté.
Autre cas, vous avez bien pris un plan général de la scène qui devrait mieux situer le lecteur, et lui faire découvrir l'ambiance du lieu, mais pas de bol c'est le chat, là, en tout petit dans le coin en bas à gauche qui vous intéressait mais pas les autres chats qui sont autour... Comment voulez vous que le lecteur sache que c'est "VOTRE" chat qui est le sujet principal et qu'il voit que c'est lui que vous vouliez montrer alors qu'il se perd dans la photo ! le lecteur lui verra "des" chats.
Le problème est donc de retranscrire dans la photo toutes ces émotions qui vous entoure tout en mettant en avant le sujet qui vous intéresse, c'est à cette seule condition que le lecteur pourra comprendre votre photo. Et c'est pour cela qu'il faut apprendre comment maitriser tout cela indépendamment de ce qui nous entoure et que le lecteur ne verra pas. Avant d'appuyer sur le déclencheur il faut donc se poser la question de savoir si ce que vous allez cadrer va permettre à ce lecteur d'avoir toutes les informations nécessaires. C'est à cette seule condition qu'il pourra "ressentir" ce que vous sentiez.


Autre chose : les humains sont tous différents des autres, le sujet que vous avez photographiez le laisse froid, ce n'est pas pour ça que votre photo est forcément mauvaise, elle est même peut-être excellente, simplement le sujet ne l'interpelle pas où le côté graphique ne lui a pas sauté au yeux.
Voilà, je complèterai plus tard, mais c'est déjà un début pour vous faire comprendre que la façon dont vous allez prendre la photo va pouvoir faire partager ou non ce que vous ressentiez à l'instant X.
Notre cerveau et notre mémoire des lieux peut nous jouer des tours lorsque nous prenons une photo.

Un exemple concret, j'ai vu il y a peu une photo baptisée solitude mais avec le sujet presque en plein centre et en gros plan, pas de ligne de fuite, pas d'horizon au loin dans le prolongement du sujet, comment le lecteur peut-il comprendre cette photo, cette soit disant solitude ? Il ne voit qu'un sujet certes seul sur la photo mais comme il n'y a pas l'environnement autour (ou très peu), il n'y a pas cette sensation d'abandon.
Une photo d'ensemble aurait aussi été difficile à comprendre, si le sujet est perdu dans la photo il ne va pas attirer l'oeil du lecteur. La seule solution : Mettre le sujet principal sur un point de force sur une ligne du tiers, prendre la photo au grand angle, mettre le sujet au premier plan afin que le lecteur de la photo ne puisse pas le louper mais tout en discernant l'immensité vide derrière le sujet jusqu'à l'horizon ou une très grande distance. L'effet de perspective du fond ajoutera la notion de distance, et le fond entièrement vide de toute vie fera comprendre cette notion de solitude. L'utilisation du grand angle augmentera l'impression de profondeur et donc de la solitude du sujet.
Attention de ne pas avoir de coupure de plan, le sol derrière le sujet doit être le même que celui sur lequel se trouve le sujet afin de bien faire comprendre cette continuation et ce vide. Il n'est donc pas toujours facile de faire exprimer à une photo ce que l'on ressent, ne pas hésiter à tourner autour du sujet, ne pas hésiter à se poser la question : qu'est-ce que je veux montrer ?

Ne pas oublier que l'environnement autour du sujet principal à autant d'importance que le sujet lui même, c'est cet environnement qui va donner l'ambiance générale de la scène. Il faut donc toujours penser à faire le tour du cadre avec son oeil avant de déclencher et se poser les bonnes questions, est-ce que mon cadrage correspond à l'idée que j'ai dans la tête, est-ce qu'il va faire comprendre ce que je voudrai montrer, ce que je ressens ?
Est-ce que mon sujet principal n'est pas complètement caché dans l'ombre alors que tout le reste est au soleil ? Est-ce que des ombres disgracieuses ou une branche ne coupe pas en deux mon sujet principal ? Est-ce que je ne vais pas couper un bout de mon sujet principal sur un des bords du cadre ? Suis-je bien placé par rapport au soleil ? Est-ce que mon sujet principal n'a pas les pieds coupés (si je veux le prendre en entier), de même pour un insecte on essaie de ne jamais couper les antennes mêmes quand elles sont très longues, on ne coupe pas non plus les ailes ou la queue des oiseaux, on laisse de l'air devant les regards afin de ne pas bloquer le regard sur le bord du cadre, on laisse aussi de l'air devant le nez des véhicules, particulièrement quand ils sont en route pour leur laisser psychologiquement de la place pour avancer, etc.

Il faut donc se sortir de l'ambiance environnante pour étudier son cadrage et donner au futur lecteur le plus d'infos possible par rapport à ce que nous voulons montrer et ce que nous ressentons, tout en mettant en avant notre sujet principal et que le fond puisse donner une idée du lieu ou de l'ambiance générale. Il faut donc maitriser notre cerveau qui va lui fonctionner à l'instinct et nous faire oublier des tas de détails importants pour se focaliser uniquement sur le sujet qui nous intéresse. En résumé il faut essayer de se mettre à la place du lecteur qui ne connait rien des lieux et ne découvrira que ce que nous avons mis dans la photo que nous allons prendre.

Il est plus facile de se concentrer sur cet objectif lorsque nous photographions avec un viseur qu'avec un écran, le viseur nous isolant du reste de la scène on percevra plus ce qui sera sur la photo.

Si l'environnement est laid ou si il n'a aucun intérêt il faudra alors régler l'appareil afin de flouter un maximum le fond et mettre en valeur notre sujet principal, un grande ouverture de focale à f/2.8 ou encore f/4 peut ainsi aider en se mettant en mode priorité ouverture et en ouvrant le diaph ou en mode portrait si l'appareil n'est pas un appareil expert.
J'ai essayé de vous faire comprendre que notre cerveau ne percevait pas les choses comme notre appareil photo, que nos émotions peuvent nous faire oublier que ceux qui verront nos photos n'auront pas notre mémoire générale des lieux et qu'il faut donc arriver à les maitriser pour essayer de transmettre aux autres ce que nous avons vu et ressenti. Il n'est de toute façon pas facile de faire "parler" une photo et la sensibilité de chacun répondra différemment à ce que nous avons voulu montrer.

On fonctionne (celui qui a pris la photo) avec la mémoire des lieux, ses odeurs, son ambiance et de tout l’entourage qui ne sera pas sur la photo, etc. ce que n’a pas le lecteur, sa réponse est donc moins émotionnelle, et sa lecture sans mémoire est celle de la seule image qu'on lui propose.
C’est tout le problème parfois pour faire une bonne photo, essayer de se mettre à la place de celui qui la verra sans “mémoire” et de faire passer son ressenti.
Ceci aussi pour vous faire comprendre que le matériel n'est que secondaire et que ce qui prime est la façon dont vous photographiez, la composition de votre photo et son cadrage.

Cela dit le plus important c'est que la photo reste avant un plaisir et une joie.

Bonnes photos :-).




Voir les cours photos suivants :

Sur le terrain :

Cours avancés :